Feu d’artifice

Vous voulez photographier un feu d’artifice, mais vos photos sont à chaque fois floues, ou déclenchées trop tôt ou tard, ces conseils sont faits pour vous.

La photo d’un feu d’artifice se passe en deux étapes.

Le feu d’artifice lui même :

Je ne le répéterai jamais assez, et c’est encore plus vrai dans ce cas, oubliez le JPEG, et mettez vous en RAW.

  • Emportez un trépied pour avoir un appui stable.
  • Munissez-vous d’une télécommande si possible, afin de limiter les mouvements de l’appareil, ou stabilisez le trépied en y accrochant votre sac par exemple.
  • Soyez en avance pour bien vous préparer, vous placer, et repérer le meilleur point de vue. Si vous pouvez vous tenir à l’écart de la foule c’est mieux.
  • ** Si vous avez en la possibilité, réglez tous les paramètres de votre appareil en manuel.
  • Mettez-vous en ISO 100 car beaucoup de lumière entrera dans l’objectif.
  • Réglez la mise au point en manuel sur infini (bague à fond puis revenez très légèrement).
  • Mettez la focale à 8 pour une grande profondeur de champs.
  • Réglez la vitesse en 0.8 et 1.5 secondes suivant l’effet voulu (la traînée du feu).
  • Déclenchez au moment où la fusée monte dans le ciel.
  • Prenez un maximum de vos clichés au début car plus le temps va avancer et plus la fumée des tirs sera visible.

Ceci est une recette à ajuster suivant le cas, mais cela donne un bon point de départ.

Le post traitement :

Là il vous faut un logiciel pour traiter votre RAW.

Cette étape n’est pas à négliger, car elle fera ressortir toute la beauté du moment.

A titre personnel je conseillerais un logiciel fait pour le traitement des raw comme Capture One pro, ou Lightroom, qui ont l’avantage également d’être des catalogues (très pratique pour retrouver ses photos rapidement tant qu’on fait l’effort de mettre des mots clefs) …
Mais pour ceux qui traitent un Raw de temps en temps ils passeront certainement par le plus célèbre des logiciels de retouche, j’ai nommé Photoshop. Son homonyme moins cher, Affinity photo, est lui franchement une « tuerie » pour bien moins cher.

Voici donc enfin les curseurs sur lesquels « jouer ».  Le dosage est bien sur fonction de la photo, et du résultat voulu.
Comme en cuisine, il y a la recette de base mais chaque cuisinier fait « sa soupe » à sa manière.

Les noms changent d’un logiciel à l’autre mais les fonctions sont là.

  • Augmentez la récupération des hautes lumières pour récupérer des détails dans les zones claires (qui seront certainement un peu « cramées », mais si vous avez bien doser à la prise de vue, il y aura des détails à récupérer qui vont appaaître et l’énorme aplat blanc gagnera en texture. Attention, en Jpeg ces détails sont perdus).
  • Augmentez un peu le contraste pour rendre le fond plus noir, et faire ressortir les gerbes de flamme.
  • Augmenter un peu la saturation des couleurs pour les rendre plus claquantes

Voila, c’est fini, rien de bien méchant en somme.

Amusez-vous bien.